Morgan 3 Wheelers

Très atypique dans la production actuelle, nous avions consacré un premier article sur cette "machine". Pierre, lecteur assidu de Virage8 n'a pas hésité à franchir le pas et à s'en acheter un. Il nous fait part ici des raisons de son choix et de son expérience à son volant.

Pourquoi décide t'on un jour de commander un tricycle motorisé ?

Tout simplement par passions. Passion à la fois pour la marque Morgan, pour un engin inclassable et atypique mais aussi pour un pays "la perfide Albion" qui a su garder son esprit de pionnier et préserver ses racines dans le domaine automobile, entre autres.

Parlez nous de votre rencontre avec ce "3 Wheelers"

Au retour de la visite de l'usine de Malvern Link et son charme inimitable j'ai signé le bon de commande. Il a fallu deux ans d'attente, entrecoupés de moments de doutes sur la fiabilité du 3 Wheelers notamment lors d'un essai pour sa première présentation chez Morgan France, le modèle de pré-série à cassé au niveau du villebrequin, il est vrai malmené par un essayeur peu familier des twins américains. 
Mais lors d'un essai fin 2012 j'ai pu apprécier à son volant les joies que procurent un tel outil et je ne parle pas du regard admiratif mais aussi très amical des autres automobilistes et passants.
Après des nuits à imaginer la combinaison des couleurs de la caisse et de son intérieur, après deux visites au salon de Genève pour le revoir de visu, la décision était prise... Sport grey avec intérieur cuir noir avec piqûres en damier façon Chanel (le luxe Français) et le radiateur peint couleur caisse.

Et le moment tant attendu arrive enfin ?

Le coup de fil tant espéré... mon 3 Wheelers est à Paris impatient de me rencontrer. Ou plus exactement moi impatient de le rencontrer. Après une amicale réception, je prends la route sous un soleil de plomb me payant le luxe de traverser Paris par les Champs Élysée en direction de l'A6 et du sud ou l'attends son nid douillet. Je dis bien le luxe, car prendre en main un 3 Wheelers au raz du bitume brûlant dans un Paris encombré, est une expérience que je voulais mais que je ne renouvellerai sans doute pas.

Votre expérience de la conduite ?

Dire que l'engin est taillé pour l'autoroute, même s'il s'y comporte très bien, serai mentir. C'est bruyant, sans protection et les sensations sont plus celles d'une moto que d'une voiture. En revanche, dès que je sillonne  sur le réseau secondaire à vitesse modérée, à la fraîche, le plaisir est immense et je me surprends à rouler avec la "banane" ce qui est rarement le cas avec la voiture de tous les jours. La sensation de vitesse est ressentie dès 80 km/h et le trois roues n'est pas inconfortable ni fatiguant à piloter. J'insiste sur piloter car on a l'impression d'être dans un cockpit d'avion avec le staccato du V Twin ! Ce tableau idyllique ne serait pas complètement honnête sans citer ses quelques défauts : le bruit de la transmission est très présent même si les Anglais de Morgan qui ne manquent pas d'humour, annoncent sur le livre de bord que ce défaut s'estompera après 1500 miles. C'est aussi cette instrumentation illisible et cachée par le volant, et n'oublions pas une position de conduite très basse qui oblige à porter son regard au dessus du volant. Mais si je vous dis que je fais abstraction de ces défauts pour ne retenir que ses qualités !!!

En conclusion ?

Cet objet, ni moto, ni auto est un jouet pour grands enfants un peu attardés et je suis fier d'en être l'heureux dépositaire que je transmettrai à mes enfants. C'est aussi un formidable moyen de contact. À chaque sortie, les questions fusent, les pouces se lèvent, les flashs crépitent, on se prendrait facilement pour une star !!!

Quelques photos prises dans un décor de circonstance.