Tyrell P34 : l’extraordinaire F1 à 6 roues

   /       /       /       /   

, 1 Commentaire

Difficile d’imaginer aujourd’hui que la Formule 1 a compté dans ses rangs des monoplaces à 6 roues. Oui : 4 petites à l’avant, et 2 plus conséquentes à l’arrière. C’est le résultat d’une vision, celle d’un ingénieur britannique, Dereck Gardner, en plein cœur des années 70. Une époque où, en matière de sport mécanique, tout était encore possible. Cette drôle de machine au design déséquilibré, c’est la mythique Tyrell P34. Certaines choses ne changent pas avec le temps, comme par exemple les lois de la physique, et les metteurs au point de toutes les époques doivent faire face à la même problématique : comment rouler à la fois très vite (donc avec le moins d’appuis possibles), tout en gardant du pouvoir directionnel et une bonne tenue de route (donc avec le plus d’appuis possibles) ?

Cette livrée bleue et blanche correspond à la voiture engagée au championnat du monde de F1 en 1977

Pour Dereck Gardner, les 4 petites roues à l’avant constituaient une réponse. Elles étaient censées offrir une plus grande surface de contact avec le sol (donc une direction précise et une meilleure tenue de route), tout en diminuant la surface frontale (donc capable d’offrir une vitesse d’évolution plus importante).

Sur le papier, le résultat semble magique, et Ken Tyrell donne son feu vert au projet. La P34 participe à son premier Grand Prix en 1976, avec Patrick Depailler qui croit lui aussi dans le potentiel de l’auto. Les débuts sont d’ailleurs prometteurs, avec un doublé historique pour Jody Scheckter et le Français au Grand Prix de Suède, soit seulement 4 courses après ses premiers tours de roues en Grand Prix.

La Tyrell P34 souffrait malheureusement d’une tendance au sous-virage…

Grâce à ce petit film réalisé en 1977, installez-vous à la place de Patrick Depailler et embarquez-vous pour un tour du mythique circuit de Monaco. Il s’agit là-encore d’une prouesse technique car, à l’époque, les caméras miniatures n’existaient pas encore. Pour obtenir ces images, un modèle énorme fut ainsi installé au niveau de l’entrée d’air juste au-dessus du casque du pilote. A ce moment-là, Patrick Depailler ne savait pas encore que la P34 serait abandonnée une année plus tard, avec seulement 2 points inscrits au championnat sur cet exercice 1976. Malgré tout, la Tyrell P34 reste une voiture mythique de l’histoire de la Formule 1, et son V8 Ford retravaillé par Cosworth est un pur bonheur à écouter…

 

Ce texte a été rédigé par Jérôme Barconnière.