Saint Athan, 65 millions £ d’Aston Martin

   /       /       /   

, Pas de Commentaires

Vous êtes fan d’Aston Martin ? Attention, ce petit film risque de faire monter votre tension. La scène se passe au Pays de Galles, à St Athan, un ancien site de production du constructeur britannique, que ce dernier a décidé de réaménager dans le cadre de sa stratégie de développement. Réunies au cœur de ces super hangars, pas moins de 28 modèles emblématiques couvrant ses 104 d’histoires. D’ailleurs, la facture a de quoi faire tourner la tête : 76 millions d’euros !  Pour les besoins de ce film spectaculaire, Nicki Thiim, champion du monde 2016 du championnat FIA WEC GT, Darren Turner, vainqueur des 24H du Mans en 2006 et 2007, Matt Becker, l’ingénieur en chef d’Aston Martin, et même Andy Palmer, le grand patron, ont été mis à contribution. Sans tout vous révéler, disons, qu’ils se sont bien amusés !

Sorties de 80’s et 90’s, les Virage et AM V8 se dégourdissent les pneumatiques

Réunies dans le même hangar, les premières et dernières Aston de James Bond, DB5 et DB10

Et parmi les 28 représentantes de la marques, il y en a forcément qui vous font ou vous ont fait rêver. Imaginez la DB2, sortie tout droit du début des années 50, ou encore une DBR1 victorieuse aux 24H du Mans en 1959. Pas mal, non ? Pardon ? Votre truc, c’est plutôt James Bond ? Alors découvrez une petite battle entre la première Aston de Sean Connery, la DB5 de Goldfinger, et la dernière, celle de Daniel Craig, la DB10 de Spectre. Si vous préférez les années 80 et 90, faîtes donc un petit tour en AM V8 et en Virage, leurs gros blocs ne demandent qu’à gronder ! Mais si vous ne jurez que par les supercars, vous apprécierez de voir réunis les One-77 (V12 de 750 chevaux, grrr !) et Vulcan (V12 de 820 chevaux, l’AM la plus puissante de tous les temps !). Alors, laquelle prendriez-vous ? Personnellement, le choix est impossible… Quoique, la DB5 quand même… Quelle classe !

La première a été construite à 77 exemplaires (One-77), la secondes le sera à 24 unités (Vulcan)

Ce texte a été rédigé par Jérôme Barconnière.