Roadster Troy : le Hot Rod sublimé !

   /       /       /   

, Pas de Commentaires

Comment ne pas être ému par une telle ligne ? Le roadster Troy a quelque chose de fondamentalement beau, et d’intemporel. D’ailleurs, avez-vous une petite idée de son année de fabrication ? Pas facile, hein ! Un indice : à cette époque, deux nations très puissantes mettaient tout en œuvre pour conquérir le satellite de notre bonne vieille terre, et envoyaient de drôle d’engins dans l’espace. C’était en… 1959. Oui, il y a presque 60 ans ! A peine croyable. Véritable témoin de l’histoire et d’une époque faste, ce roadster porte le nom de son géniteur : Wally Troy. Cet Américain était concessionnaire Jaguar dans l’Illinois, le tout premier autorisé à exercer dans cet état. Mais c’était avant tout un passionné. Tiens, tiens, encore une histoire de passion… Son rêve d’alors, construire une voiture de course capable de rivaliser avec les Formule 1 européennes des Stirling Moss, Maurice Trintignant et autre Bruce McLaren, et même d’organiser un championnat. Seul son premier rêve se réalisera, mais de quelle manière !

How not to be moved by such a line ? The Troy roadster has something fundamentally beautiful, and timeless. Besides, do you have any idea of his year of manufacture ? Not easy, huh ! A clue : at that time, two very powerful nations were making every effort to conquer the satellite of our good old earth, and sent funny stuffs into space. It was in ... 1959. Yes, almost 60 years ago ! Hardly believable. A veritable witness of history and a glorious epoch, this roadster carries the name of its progenitor : Wally Troy. This American was a Jaguar dealer in Illinois, the very first authorized to exercise in this state. But it was above all an enthusiast. His dream was to build a racing car capable of competing with the European Formula 1 Stirling Moss, Maurice Trintignant and other Bruce McLaren, and even to organize a championship. Only his first dream will come true, but in what way !

Cet habitacle est spartiate mais jouit d'une magnifique réalisation. This interior is spartan but is perfectly hand-made.

Le Roadster Troy est sans doute l’expression parfaite du Hot Rod américain : 4 roues éclatées aux 4 coins de la voiture, un corps svelte et bas sans porte-à-faux, et un bon gros bloc moteur comme Detroit savait si bien en faire à l’époque. Alors ? Vous en pensez quoi ? Le châssis est tubulaire, en acier. Mais pour éviter l’embonpoint, les panneaux de carrosserie sont tapés dans l’aluminium, à la main bien sûr, par Wally Troy « himself » et ses ingénieurs. Les 2 petites bulles faisant office de saute-vent semblent tout droit sorti d’un épisode de la kitchissime série télévisée Batman, tout comme ces sièges baquets en cuir noir surligné de rouge. Le moteur ? Il s’agit d’un V8 Chevrolet. Celui qui trône aujourd’hui sous son capot est une version 350 Chevy, installée en 1975 lorsque la voiture changea de propriétaire pour la première fois. Un bloc 5.4 l d’un un peu moins de 200 ch.

The Troy Roadster is undoubtedly the perfect expression of the American Hot Rod : 4 wheels exploded to the 4 corners of the car, a slim and low body without cantilever, and a good big engine block as Detroit knew so well At the time. So ? What do you think about it ? The chassis is tubular, made of steel. But to avoid being overweight, the body panels are typed in aluminum, by hand of course, by Wally Troy "himself" and his engineers. The two small bubbles acting as a windbreaker seem straight out of an episode of the kitchissime television series Batman, as are those black bucket seats in black leather highlighted in red. Engine ? This is a Chevrolet V8. The one that stands today under its hood is a 350 Chevy version, installed in 1975 when the car changed ownership for the first time. A 5.4 l block of a little less than 200 hp.

Un gros bloc V8 Chevrolet équipé de carbu Barrell. Vive l'Amérique ! A big block V8 Chevrolet equipped with carburettor Barrell. Long live America !

S’il m’était permis de faire un vœu, j’aimerais pouvoir me saisir de ce volant à quatre branches, partir, casqué de cuir et les naseaux au vent, sur l’asphalte du premier circuit du coin, et jouer de l’antédiluvienne boîte Chevrolet à 4 rapports ! Il paraît que la voiture est « extrêmement » rapide, et je ne doute pas un seul instant qu’il faut avoir du cœur et même des c… pour oser emmener une telle œuvre d’art dans les tours. Malheureusement, un seul exemplaire fut construit et son propriétaire, le même depuis 1975, ne lui laisse prendre l’air qu’au grès de quelques concours d’élégance. Bienheureux ces chanceux qui ont pu l’admirer en vrai… Mais qui sait, les rêves sont faits pour être réalisés !

If I were allowed to make a wish, I would like to be able to grab this four-spoke steering wheel, leave, helmeted leather and nostrils to the wind, on the asphalt of the first circuit of the corner, and play 'Antediluvian Chevrolet 4-speed gearbox ! It seems that the car is "extremely" fast, and I do not doubt for a moment that it is necessary to have heart and even b ... to dare to take such a work of art in the towers. Unfortunately, only one specimen was built and its owner, the same since 1975, allows it to take the air only at the sandstone of competitions of elegance. Happy those lucky ones who could admire it in real ... But who knows, dreams are made to be realized !

Cet article a été rédigé par Jérôme Barconnière