Naissance d'une passion

   /       /       /   

, 1 Commentaire

"Quand je serai grand, j'aurai la même !" C'est sans doute ce qui passe par la tête de ce petit bonhomme au moment de découvrir les courbes de cette sculpturale Porsche 911 2.7 RS de 1972. A cette époque, je n'étais moi-même pas encore né, mais quelques années plus tard, j'aurai les mêmes réflexes, les mêmes pensées. J'apprendrai à lire en décryptant les écritures apposées sur ces objets à 4 roues. Je collerai mon visage aux vitres conducteur, mains jointes, pour découvrir des compteurs gradués à plus de 200. Ah, 200 km/h ! Une barre mythique dans les années 70, synonyme de performance et d'excellence. Un rêve sensationnel pour un enfant perché sur son vélo, comme peut l'être le mur du son pour un pilote d'avion. Les 200 km/h, cette 911 avec sa queue de canard les avalait en une bouchée ! Alors petit bonhomme, as-tu écouté tes rêves, et roules-tu aujourd'hui au volant de ce mythe automobile ? Quelle délicieuse fascination que celle exercée par les autos... Bon début de semaine à tous !

"When I grow up, I will have the same !" It is probably what passes by the head of this little fellow when discovering the curves of this sculptural Porsche 911 2.7 RS of 1972. At that time, I was not yet born, but a few years more Later, I would have the same reflexes, the same thoughts. I will learn to read by decrypting the writings affixed on these objects with 4 wheels. I will stick my face to the driver's windows, hands joined, to discover counters graduated to more than 200. Ah, 200 km / h! A mythical bar in the 70's, synonymous with performance and excellence. A sensational dream for a child perched on his bike, as can be the sound wall for a plane pilot. The 200 km/h, this 911 with its tail of duck swallowed them in a bite! So, little fellow, have you listened to your dreams then, and are you driving today at the wheel of this automobile myth ? What a delightful fascination that that exercised by the autos ... Good start of week to all !

Cet article a été rédigé par Jérôme Barconnière