An El Solitario hangover

   /       /   

, Pas de Commentaires

La maison ressemblait à un laboratoire de stupéfiants de la police. Nous avions deux sacs d'herbe, soixante-quinze granules de mescaline, cinq feuilles d'acide buvable à haute puissance, un agitateur de sel à moitié plein de cocaïne, et toute une galaxie de dessus multicolores, de downers, de hurleurs, de rieurs et aussi un quart de tequila, un litre de rhum, une caisse de Budweiser, une pinte d'éther brut et deux douzaines d'amylles. Tout cela avait été arrondi la veille, dans une frénésie de rides à grande vitesse, nous avons ramassé tout ce que nous pouvions nous mettre sous la main. Pas que nous ayons besoin de tout cela pour le voyage, mais une fois que vous êtes enfermé dans une collecte de drogue sérieuse, la tendance est de pousser autant que vous le pouvez.

Se remettre sur roues était une toute autre histoire ...

The house looked like a police narcotics lab. We had two bags of grass, seventy five pellets of mescaline, five sheets of high powered blotter acid, a salt shaker half full of cocaine, and a whole galaxy of multi-colored uppers, downers, screamers, laughers and also a quart of tequila, a quart of rum, a case of Budweiser, a pint of raw ether and two dozen amyls. All this had been rounded up the night before, in a frenzy of high speed riding, we picked up everything we could get our hands on. Not that we needed all that for the trip, but once you get locked into a serious drug collection, the tendency is to push it as far as you can.

Getting back on wheels was another story...

A film by Pablo Goikoetxea, Pio Cribeiro and El Solitario
Soundtrack by Arbore
Special thanks to HST