La voiture la plus rapide du monde, c'est fini !

   /       /       /       /       /   

, Pas de Commentaires

Lorsqu’il était enfant, le petit John Hennessey rêvait d’être astronaute. Malheureusement pour lui, ce Texan ne s’est jamais envolé vers les étoiles. En revanche, tous les conducteurs de ses voitures, eux, sont régulièrement  propulsés en orbite ! Car John Hennessey est un préparateur connu et reconnu dans le monde entier. Depuis 25 ans, il repense les grands classiques du cru : Chevrolet Corvette, Dodge Challenger, ou encore Ford Mustang, et tire le maximum de leurs moteurs. Dans son usine perdue entre San Antonio et Houston, ses 25 employés travaillent sur les gros V8 sauce yankee. Résultat : la puissance moyenne passe ici facilement de 300 à plus de 700 chevaux. Pas mal ? C’était sans compter sur son œuvre maîtresse, lancée en 2011 : la Venom GT.

When he was a child, John Hennessey dreamed of being an astronaut. Unfortunately for him, this Texan never flew to the stars. On the other hand, all the drivers of his cars are regularly propelled into orbit ! Because John Hennessey is a known and renowned preparer all over the world. For 25 years, he has been rethinking the great classics american cars : Chevrolet Corvette, Dodge Challenger, Ford Mustang and getting the most out of their engines. In his factory lost between San Antonio and Houston, his 25 employees are working on the big V8 Yankee sauce. Result : the average power passes here easily from 300 to more than 700 horses. Not bad ? It was without counting on its masterpiece, launched in 2014 : the Venom GT.

Sous ses airs de "gentille" Lotus, la Venom GT est un véritable monstre. Under the air of "nice" Lotus, the Venom GT is a real monster.

Les connaisseurs auront remarqué sur ces clichés que sa base technique est cette fois empruntée à une européenne, la Lotus Exige. Mais l’arrière a été « légèrement » modifié afin de pouvoir accueillir un énorme V8 7.0 biturbo de… 1 244 ch. Oui, vous avez bien lu, il s’agit bien d’une puissance à 4 chiffres. Le tout pour un poids limité à 1 200 kg. Allez, à vos calculettes ! Rapport poids/puissance ? Non, là encore, vous ne rêvez pas… 0.96 kg/ch, inférieur à 1 comme sur une moto hypersport !!! Tout simplement démoniaque. Mais ces chiffres vertigineux ont avant tout un objectif : permettre à la Venom GT de devenir la voiture la plus rapide du monde, et d’empêcher les ingénieurs de Bugatti de dormir.

The specialists will have noticed on these pictures that its technical basis is this time borrowed from a European, the Lotus Exige. But the rear has been "slightly" modified in order to accommodate a huge 7.0 biturbo V8 from ... 1 244 ch. Yes, you have read, it is indeed a 4-digit power. All for a weight limited to 1200 kg. Come on to your calculators ! Weight/power ratio? No, again, you do not dream ... 0.96 kg / ch, less than 1 as on a motorbike hypersport ! Simply demonic. But these dizzying figures have above all one objective : to allow the Venom GT to become the fastest car in the world, and to prevent the engineers of Bugatti from sleeping.

L'habitacle en laisse pas imaginer le potentiel de cette auto. The cockpit lets not imagine the potential of this car.

Le système d'alimentation en air et de suralimentation du V8 7.0 est impressionnant. The air and boost system of the V8 7.0 is impressive.

Rendez-vous est pris le 14 février 2014 à Cap Canaveral, en Floride, sur la piste d’atterrissage de la navette spatiale. La Venom GT se présente face aux 5 kilomètres de bitume. Son moteur a bénéficié d’une nouvelle petite cure d’amphétamine pour afficher un magistral 1 451 ch au banc de puissance. Les conditions climatiques sont optimales : pas de vent, atmosphère cristallin, ni trop chaud, ni trop frais. La Venom GT peut s’élancer. Son pilote est scotché à son siège au fur et à mesure que l’aiguille du compteur s’envole.  150… 200… 250… Non, ce ne sont pas des kilomètres par heure, mais bien des miles. La Venom GT file et fuse en soulevant la poussière du tarmac, et pousse jusqu’à son maximum avant de freiner et se laisser le temps de faire demi-tour avant le bout de la piste. Les ingénieurs ont les yeux rivés à leurs instruments de mesure. Et le verdict tombe enfin : 270,4 miles/h, soit un fabuleux 434,5 km/h ! Record de vitesse absolu pour une voiture de série, 4 km/h au-dessus de la Bugatti Veyron Supersport et ses 431,07 km/h validés quelques mois plus tôt.

Rendez-vous is taken on 14 February 2014 in Cape Canaveral, Florida, on the Space Shuttle Airstrip. The Venom GT is facing the 5 kilometers of bitumen. Its engine has benefited from a new small amphetamine cure to display a masterful 1 451 hp power bench. Climatic conditions are optimal : no wind, crystalline atmosphere, neither too hot nor too cool. The Venom GT can start. His pilot is taped to his seat as the needle of the meter flies away. 150 ... 200 ... 250 ... No, it's not kilometers per hour, but miles. The Venom GT spins and fuses by raising dust from the tarmac, and pushes to its maximum before braking and allow time to turn around before the end of the track. Engineers have their eyes fixed on their measuring instruments. And the verdict finally drops : 270.4 miles/h, a fabulous 434.5 km/h! Absolute speed record for a series car, 4 km/h above the Bugatti Veyron Supersport and its 431.07 km / h validated a few months earlier.

Sans cet énorme aileron, la Venom GT s'envolerait. Without this huge wing, the Venom GT would fly away.

Revivez cet exploit authentique sur cette magnifique vidéo. Les équipes peuvent enfin exulter, et pourtant, le record ne sera pas validé. Pour être homologué, la vitesse doit également être atteinte sur le trajet retour, ce que la NASA interdit formellement à Hennessey, et la voiture doit être produite à au moins 30 exemplaires, quand seuls 13 sortiront au total de l’usine texane.  Si elle n’apparaît pas au Guinness, cette fantastique machine n’en a pas moins réussi une prouesse, et c’est aujourd’hui, après avoir marqué l’histoire de l’automobile, qu’elle tire sa révérence et disparaît du catalogue du constructeur. Chaque exemplaire a coûté 1,3 millions d’euros et nul doute que sa cote grimpera encore en collection. De son côté, John Hennessy travaille d’arrache-pied sur sa remplaçante. Nom de code : F5. Vitesse max envisagée : 480 km/h. Finalement, le petit John les construit bien lui-même ses fusées…

Relive this authentic feat on this beautiful video. The teams can finally exult, and yet, the record will not be validated. To be homologated, the speed must also be reached on the return journey, which NASA formally prohibits in Hennessey, and the car must be produced to at least 30 specimens, when only 13 will leave the Texan factory. If it does not appear in Guinness, this fantastic machine has nevertheless achieved a feat, and it is today, after having marked the history of the automobile, that it draws its reverence and disappears from the Catalog of the manufacturer. Each specimen cost 1.3 million euros and no doubt its rating will climb again in collection. For his part, John Hennessy is working hard on his replacement. Code name : F5. Max speed envisaged : 480 km / h. Finally, little John builds his own rockets well ...

Cet article a été rédigé par Jérôme Barconnière