Avinton : le french "Muscle Bike"

   /       /       /       /       /   

, Pas de Commentaires

Certaines histoires ont une saveur particulière. Elles frappent les esprits comme une évidence, et résonnent en chacun avec puissance. Celle du petit constructeur de moto Avinton est de celles-là : tortueuse, chaotique même, mais annonciatrice d’un mythe. Tout commence en 1999 avec un homme animé d’une brûlante passion. Joël Domergue est montpelliérain, ingénieur et designer, mais avant tout fan de motos et de muscle-cars. Vous savez, ces voitures américaines nées dans les années 50 et 60, des modèles aux carrosseries et moteurs gonflés à bloc pour séduire une jeunesse en mal de sensations, à l’image de la célèbre AC Cobra du Texan Carroll Shelby. L’idée de Joël : concevoir une moto qui réunit les deux univers. Le chemin sera long et semé d’embuches, mais en 2008, l’une des plus belles motos de ce début de millénaire voit le jour : la Wakan 100 Roadster, et sa déclinaison plus typée course, la Track Racer. « Wakan », en Indien, ça signifie « Sacré ». Une appellation qui colle parfaitement à cette moto. Sa ligne est non seulement belle mais en plus, sa finition est exemplaire. Impossible de ne pas être captivé par la multitude de détails, des commandes de conduite jusqu’à ce splendide réservoir surmonté de deux clapets de gavage pour le moteur : un énorme bicylindre en V S&S, 100 cube-Inch, soit 1 600 cc dans notre bon vieux système métrique. Autrement dit, un monstre ! Tout respire la beauté, la perfection, mais aussi, la puissance et la fureur. Et très vite, l’envie de la chevaucher devient logiquement intenable !

Some stories have a special flavor. They strike the spirits as evidence, and resound in each with power. That of the small motorcycle manufacturer Avinton is one of them : tortuous, even chaotic, but foreshadowing a myth. It all began in 1999 with a man with a burning passion. Joël Domergue is from Montpellier, engineer and designer, but first of all a fan of motorcycles and muscle cars. You know, these American cars, born in the 1950s and 1960s, from models to bodies and inflated motors to seduce young people with feelings like the AC Cobra of the Texan Carroll Shelby. The idea of Joel : design a motorcycle that unites the two universes. The road will be long and strewn with pitfalls, but in 2008, one of the most beautiful series motorcycles of this early millennium is born : the Wakan 100 Roadster, and its more typical racing declination, the Track Racer. "Wakan", in Indian, means "Sacred". A name that perfectly fits this bike. Its line is not only beautiful but in addition, its quality is exemplary. Impossible not to be captivated by the multitude of details, from the driving commands up to this splendid tank surmounted by two cocks of force-feeding for the engine : a huge V S & S, 100 cube-Inch V, 1,600 cc in our Good old metric system. In other words, a monster ! Everything breathes beauty, perfection, but also, power and fury. And very quickly, the desire to ride it becomes logically untenable !

La Wakan en livrée blanche. The Wakan white color version.

Soyons honnête : 168 Nm à 3 000 tr/min pour 191 kg tous pleins faits, ça vous réveille son homme ! Quels que soient les régimes, c’est du violent ! La furie vous catapulte à chaque rotation des gaz, faisant raccourcir tous vos repères et obligeant à essorer fort l’énorme et efficace disque de frein avant. Mais, la moto n’est pas du genre à se livrer au premier permis B venu. A l’inverse de nos ultra-sportives modernes qui autorisent tout, elle n’entre pas sur les freins en courbe et demande du doigté quand le virage s’ouvre. Pas question pour autant d’être sage, non, mais il faut proprement décomposer les étapes de mise en courbe, un peu comme à l’ancienne : d’abord prise des freins, puis lâcher des freins, mise sur l’angle, filet de gaz et enfin ouverture progressive au fur et à mesure que l’inclinaison retrouve sa verticalité. Sinon, la belle se crispe et la courbe s’élargit, véritable insulte à l’aura de cette exigeante esthète. Il faut donc s’employer, mais quel pied de ressentir toutes ces étapes avec un feeling aussi intense !

Let's be honest : 168 Nm at 3 000 rpm for only 191 kg, it's just awesome ! Whatever the regimes, it's violent ! The fury catapults you with every rotation of the gases, causing all your marks to be shortened and forcing to wring out the enormous and effective front brake disc. But, the bike is not the kind to indulge with the first B license. Unlike our ultra-modern sports that allow everything, it doesn't enter the brakes in curve and requires fingering when the turn opens. No question of being wise, no, but it is necessary to properly decompose the steps of curving, a bit like the old motorbikes : first take the brakes, then release brakes, put on the corner, net of gas and finally progressive opening as the inclination regains its verticality. Otherwise, the beautiful tightens and the curve widens, veritable insult to the aura of this demanding esthete. So it is necessary to use, but how great it is to feel all these stages with a feeling so intense !

L'Avinton reprend la même base technique que la Wakan. The Avinton takes the same technical basis as the Wakan.

Admirez ces deux clapets qui permettent d'alimenter le moteur en air. Admire these two valves which make it possible to supply the engine with air.

Chaque pièce est taillée dans la masse et avec précision. Each piece is cut in the mass and accurately.

La Wakan est une indéniable réussite technique, et pourtant, la belle histoire a failli s’arrêter nette. La marque ne réussit pas à faire parler d’elle, seuls 12 exemplaires sont produits, et la crise économique mondiale qui bat son plein a raison du petit constructeur français. Tout aurait pu en rester là… sans la passion d’un autre homme. Malgré ce contexte difficile, un autre Français croit toujours dans ce concept. Cédric Klein est un industriel spécialisé dans le développement de systèmes thermodynamiques innovants. Fan de cette fantastique machine, il décide d’en racheter les plans et les brevets. Wakan disparaît quand même… mais va renaître en 2011 sous le nom d’Avinton. La recette est inchangée : les motos seront exceptionnelles, fougueuses et extravagantes, et sur mesure. Si proches de la perfection sous l’ère Wakan, le style, le châssis et le moteur sont donc conservés. Seules les commandes varient. Les bracelets passent sur ou sous les tés, ou sont remplacés par un guidon barre pour gagner en maniabilité. De nouvelles versions voient également le jour pour enrichir le catalogue et, aujourd’hui, 6 ans plus tard, Avinton est un succès.  Toutes les motos sont assemblées dans l’usine de Sommières, dans le Gard. Une belle histoire à la française, que l’on espère longue et encore riche en nouveaux modèles… à 34 000 euros minimum l’exemplaire quand même.

The Wakan is an undeniable technical achievement, and yet the beautiful story almost stopped short. The brand does not manage to make talk, only 12 units are produced, and the global economic crisis in full swing is due to the small French manufacturer. Everything could have remained there ... without the passion of another man. Despite this difficult context, another Frenchman still believes in this concept. Cédric Klein is an industrialist specialized in the development of innovative thermodynamic systems. Fan of this fantastic machine, it decides to buy back plans and patents. Wakan disappeared anyway ... but will be reborn in 2011 under the name of Avinton. The recipe is unchanged : the bikes will be exceptional, fiery and extravagant, and tailor-made. So close to perfection in the Wakan era, the style, chassis and engine are kept. Only the commands vary. The bracelets pass on or under the tees, or are replaced by a bar handlebar to gain in maneuverability. New versions also appeared to enrich the catalog and, today, 6 years later, Avinton is a success. All the motorcycles are assembled in the factory of Sommières, in the Gard. A beautiful french story, that we hope long and still rich in new models ... at 34 000 euros minimum the unit anyway !

Vous la prendrez comment votre Avinton ? Noire, blanche ? Et pourquoi pas les deux ! Which Avinton do yo prefer ? Black or white color ? And why not both !

Cet article a été rédigé par Xavier Haertelmeyer.