Passion

   /       /       /   

, 3 Commentaires

A quel âge votre passion est-elle née? Pour ces deux gamins comme pour beaucoup, elle remonte aussi loin que l'époque des manèges et des jouets des 'grandes personnes'. Ah, l'insouciance de l'enfance et ses rêves! Faire que nos rêves se réalisent n'est-il pas le moindre de nos souhaits ?

At what age was your passion born? For these two kids as for many of us, it started as early as our young age with carrousels and big boys' toys. Oh, childhood insouciance and its lot of dreams ! Isn't one of our best dreams to live our passion ?

Cet article fut publié pour la première fois sur Virage8 le 26 Mars 2014



 

3 Responses

  1. Didier l'embrouille

    26 décembre 2016 2016-12-26T20:16:08+00:000000000831201612

    Salut
    c'était Aout 1977 au carrefour des 4 chemins , nous roulions vers la Vendée mes parents et moi , la caravane pliante accrochée derrière l'opel kadette .
    Arrêté au feux rouge j'ai vu une honda 1000 Gl noire et or, elle venait de sortir et ses chromes brillaient .Elle est resté dans ma tète jusqu’a mes vingts ans , date à laquelle je l'ai acheté . J'ai 55 ans , et j'ai eu d'autres machines , mais le 1000 GL de mes rêves est toujours dans mon garage . Je l'ai récemment entièrement restaurée , du cadre aux bouchons de valves , et je l’emmène à motors &soul tous les ans.
    Comme il y a la femme de sa vie , il y a la moto ou la voiture de sa vie , celle qui ne vous a jamais laissé tombé.
    Bisous

    Répondre
  2. alain berson

    31 décembre 2016 2016-12-31T11:26:35+00:000000003531201612

    Je crois bien que je suis née avec ! Notre père avait pratiqué la course automobile avant-guerre sur des Salmson et, avec ses récits, Montlhéry, le Mans, Spa Francorchamps, entre autres, étaient des étoiles qui s'allumaient régulièrement dans le ciel de mon imagination, accompagnées de figures qui avaient pour noms Sommer, Nuvolari, Carraciolla, Etancelin, etc. Plus âgés que moi mes frangins ont perpétré cette passion pour la chose mécanique en entassant devant le pavillon familial, l'aîné les voitures d'avant-guerre à la recherche de la voiture de course familiale, et l'autre des sportives "déclassées" Jaguar XK, Aston Martin DB 2, 2/4, Austin Healey etc, qu'à la fin des années 50 et au tout début des années 60, époque bénie (!), on trouvait et achetait au bord des trottoirs avec une panne quelconque. Evidemment lorsque "les grands", qui n'en manquaient pas une, allaient voir une course principalement à Montlhéry, "le petit" était du voyage et ce n'était pas difficile, il suffisait de le poser à l'entrée du virage de la Ferme le matin et ils étaient certains de me retrouver le soir au même endroit n'en n'ayant pas manqué une miette ! Voilà pour la passion de la course et de l'automobile. Pour la moto, c'est un peu plus complexe. Il y avait bien des courses de motos durant ces épreuves, mais elles ne m'intéressaient guère car, je ne connaissais rien à ces engins qui pour moi étaient tous semblables et ressemblaient à la modeste Motobécane de l'instituteur qui passait régulièrement devant la maison, soit un engin poussif au son de mono peu glamour ! De plus, notre paternel appréciait fort peu de voir ses enfants juchés sur un deux-roues motorisé et mes frangins n'avaient eu droit qu'à quelques cyclomoteurs a priori inoffensifs.Rue de Fleury à Clamart, s'était peu à peu constituée une "bande", comme on aimait à dire à cette époque, d'amateurs d'automobiles mais aussi intéressés par les dons de mécaniciens des frangins et il n'était pas rare les samedis et les dimanches d'y voir une espèce de rassemblement qui ferait rêver les collectionneurs/spéculateurs d'aujourd'hui, les Jaguars étaient en nombre et j'ai le souvenir d'une Ferrari TDF à châssis long grise fort défraîchie pour les voitures les plus rares ! Parmi celles-ci, un groupe venait régulièrement avec deux Aston Martin DB 2/4, une verte et une gris métal et une Austin Healey 3000 blanche. Les amateurs de motos vont reconnaîtrent deux noms, Thierry Tchernine avec l'Aston Verte et Gilles Desheulles avec la Healey, j'ai malheureusement oublié le nom du troisième. Un jour, ces trois garçons annoncent qu'ils vont faire leur première course de motos à Monthléry et que, pour cela, ils étaient allés acheter ensemble 3 Velocette Thruxton chez Leconte , les reines du moment en 500 "Sport". C'est de ce jour que date ma passion de la moto générée par trois Velocette, repeinte l'une en rouge (Desheulles), jaune (le troisième personnage) et marron et grise (Tchernine). Pour la petite histoire, Thierry remporte dès la première course la catégorie Sport ! Dès le jeudi suivant, j'ajoutais "Moto Revue" aux revues automobiles habituelles et je me mettais à la recherche d'un premier Cyclo Sport dans mes faibles moyens, ce sera un Paloma que je n'aurais jamais dû acheter, mais ceci est une autre histoire !

    Répondre

Laissez un Commentaire

(*) Champ obligatoire, votre email n'apparaitra pas.