Les Cévennes

   /       /       /       /       /   

, Pas de Commentaires

Deux choix s'offrent à moi, ne rien faire de ce week-end de trois jours du 11 novembre et regarder le temps passer, ou inviter ma pote Mathilde de Paris pour aller faire un tour de bécane pendant les 3 jours ? Vous pensez bien que j'ai rapidement éliminé la première solution !

Au programme : un Suzuki VStrom 650 (prêté gentiment par Nicolas) avec un ABS qui fait des crises d’épilepsies dans les entrées d'épingles, et un Kawasaki Versys 650 (le mien) avec le look de son phare avant assez douteux, mais ses quelques 64 petits poneys japonais joueurs !

Pour ce premier jour du week-end, nous décidons d'aller visiter les contreforts des Cévennes. Le soleil présente quelques symptômes de timidité qui seront rapidement estompés après une bonne dizaine de kilomètres. On rallie Saint Guilhem Le Désert par Le Pont du Diable, point de vue qui annonce la couleur pour un beau week-end automnal ! La couleur bleu azur de l'eau n'a rien d'artificiel.

Nous recevons une petite leçon d'humilité dans ce village de 260 habitants avec le Roi Platane, ce majestueux arbre de 1855 qui trône au milieu du village avec ses 6 m de circonférences, mais aussi avec la superbe l'Abbaye de Gellone... C'est repartis pour 25 kilomètres de virolos, avec en tête le Mont Saint-Baudille. De là-haut, la vue sur la Méditerrannée, sur le Pic Saint Loup, sur le Lac du Salagou et sur Montpellier y est possible. Un décor partagé de plaines et montagnes.

En avant pour le Cirque de Navacelles (sans clowns ni lions), ce dernier est 'peuplé' d'une vingtaine d'habitants à l'année. La vue depuis les hauteurs rend ce village exceptionnel de par sa construction atypique. Le Lac du Salagou constitue notre prochaine étape à plus d'une heure de route, toujours sans ligne droite ! C'est pourquoi un petit détour par le maquis s'impose ! A deux motos de front c'est dangereux, alors imaginez un virage à l'aveugle avec une voiture en face, au milieu de nulle part !

A croire que miss météo avait fait en sorte que notre vendredi soit parfait, l'escale au bord de l'eau s'est faite avec le coucher du soleil sur les montagnes environnantes !

Pour le samedi, après les 5 heures de moto de la veille, il est temps de se faire une journée un peu plus soft ! La petite Camargue avec la cité médiévale d'Aigues-Mortes et Le Grau-du-Roi dans l'après midi. Le calme des marais et la beauté des flamants roses le long de la route procurent des images de cartes postales dès qu'on tourne la tête !

Dimanche, départ mitigé vers les Cévennes et les abords du Mont Aigoual où la neige m'avait gentiment accompagné lors de ma redescende. Les enfilades nous dirigent tout droit vers Saint-Martial puis vers le Col de l'Asclier à 905 m d'altitude. Les couleurs de l'automne sont bel et bien là ! Les toutes petites routes de l'arrière pays Montpelliérain nous force à profiter du paysages, plutôt que de se la jouer Joe Bar Team... Bonheur !

Au final, nous avons passé un excellent week-end de 3 jours avec 500 kilomètres à la clé entre montagnes et mer, en trail, pour des spots de qualité ! Il y eu peu de lignes droites sur ces routes, aussi la Suzuki VStrom fut-elle rendues à son propriétaire avec des pneus quelques peu arrondis. Et nous, avec plein de souvenirs et de belles images en tête.

Crédit texte et photos Paul Griveaux