Triumph GT6 Mk2

   /       /       /   

, 4 Commentaires

Dessinée par Giovanni Michelotti en 1963 à partir de la Triumph Spitfire 4-cylindres, la Triumph GT6 perdit son nom de Spitfire lors son introduction sur le marché en 1966 en même temps qu'elle gagnait le 6-cylindres 2 litres de la bien nommée Triumph Vitesse. La carrosserie avait un dessin fastback avec un hayon à l'arrière ce qui lui valu le surnom de 'Type E du pauvre'.

L'air de famille avec la Spitfire était marqué mais elles n'avaient quasiment aucun élément de carrosserie en commun. Le moteur 6-cylindres plus long nécessitait un nouveau capot avec un renflement au niveau du capot et les portes disposaient de petites vitres arrière. Le moteur 6-cylindres était conçu pour développer 95ch et nécessitait certaines adaptations par rapport à la mécanique des Spitfire ; le radiateur était monté plus en avant et la boîte de vitesse plus robuste provenait de la Vitesse, avec un overdrive en option. Les suspensions avant avaient été renforcées pour pallier le surpoids causé par le nouveau moteur. L'intérieur de la GT6 était bien équipé. La planche de bord en bois constellée de compteurs, les tapis et le chauffage étaient de série.

La GT6 avait quelques arguments de vente de poids. Le nouveau moteur permettait une vitesse de pointe de 171 km/h et un 0-100 km/h en 11,7 secondes. La consommation était très raisonnable pour l'époque et l'intérieur rappelait la compétition. La seule critique majeure avait trait à sa suspension arrière. La GT6 avait en effet hérité de l'essieu à ressort transversal de la Spitfire, qui était lui-même copié sur la Herald. Triumph n'a rien fait pour améliorer le système sur la GT6, et la tendance au sous-virage n'était pas aidée par l'augmentation du poids à l'avant du véhicule.

Triumph réalisa qu'elle devait trouver une réponse au problème, au moins pour conserver sa réputation aux États-Unis. Sa réponse est arrivée avec le modèle de 1969, lors de la présentation de la GT6 Mk2, connue aux États-Unis sous le nom de GT6+. La suspension à ressort transversal a été significativement repensée en utilisant des coupleurs rotoflex, domptant ainsi la conduite et transformant la Triumph. D'autres changements furent apportés à la Mk2: le pare-choc avant fut rehaussé pour satisfaire aux nouvelles normes de sécurité, ce qui nécessita une modification de l'avant du véhicule et des aérations latérales furent ajoutées sur les ailes avant et sur les montants arrière. Sous le capot, le moteur fut amélioré pour développer 104ch avec une nouvelle culasse, un nouvel arbre à cames et de nouveaux collecteurs. L'intérieur fut aussi mis au goût du jour avec une nouvelle planche de bord, une meilleure ventilation, un ventilateur à 2 vitesses et un ciel de toit noir. L'overdrive resta une option populaire.

Source

Cet article fut publié pour la première fois sur Virage8 le 8 février 2016