Angie, part two

   /       /   

, 1 Commentaire

« Ta Thruxton ? Une copie boursouflée façon mauvaise bande dessinée… » Mon pote JLV du Fat Club a souvent le verbe moqueur. Faut dire que Angie a passé le plus clair de son week-end bourguignon devant le stand du Fat, au milieu de l’allée centrale des Coupes Moto Légende, sur le circuit de Dijon. Pour être vue, y’a pas meilleur emplacement ! Absolument tous les 35 000 visiteurs de ce superbe événement sont passés au moins une fois devant l’enjôleuse et inédite anglaise. Car pour l’énorme majorité d’entre eux, c’est la première fois qu’ils voient une Thruxton 2016 en vrai… Et les réactions sont unanimes, tout le monde adore… Et très nombreuses, d’où l’agacement teinté de mauvaise foi troisième degré de mon pote JLV. Et pour le coup, Triumph France, qui n’a pas de stand aux Coupes Moto Légende, peut remercier Virage 8 pour l’énorme coup de pub qu’on leur fait. Et JLV pour sa patience…

A Montbard, sur la route de Dijon

Il faut reconnaître que le coup de crayon est magistral. Deux pièces maitresses régalent la rétine. Ce nouveau moteur, qui semble plus compacte que la génération précédente tout en se référant encore plus au fameux Bonneville des années 60. Et ce réservoir, long, fin, élégant, superbement dessiné. Qui procure une ligne presque parfaite sur le haut de la moto, en partant du phare, compteur, réservoir, selle et garde boue arrière. Depuis le début des années 80, on a tellement vue de motos sortant d’usine affublées de détails ridicules, d’appendices inutiles, de lignes salement torturées, sacrifiées sur l’autel d’un simili design à la mode que lorsque sort enfin une moto à la ligne épurée, on est sous le charme immédiatement ! On revient enfin aux fondements, aux années 60 voire 50, quand la fonction fait le design et pas le contraire…

Pour tester l’attirance de ce Cafe Racer pur jus mais pour autant néo-rétro, je décide d’aller titiller une autre bande de bons copains, les membres de l’antenne française du Club 59. Entre eux et le Triton Club, c’est simple, y’a pas plus connaisseurs à propos d’anglaises des années 60 et des origines du Cafe Racer. Si Angie passe le test de la famille Speisser et de ses acolytes, c’est bon signe ! Et encore une fois, c’est un succès. Nombreux sont ceux du 59 qui la voient pour la première fois en vraie « hors salon ». La ligne générale plait, la référence aux « vrais » Cafe Racers des années 60 fait mouche… Puis on s’attarde sur des détails, sur une finition réellement surprenante pour une moto sortie de caisse. Le refroidissement est liquide mais pas une durit apparaît. Et ça plait ! Le radiateur tout en longueur et tout noir est bien dissimulé dans le double berceau du cadre. Impec ! Le petit logo Triumph façon acier collé sur le réservoir. La classe ! Le té de fourche supérieur poli. Sobre et chic ! Les petits clignotants montés très court. Même pas besoin de les changer ! La ligne d’échappement passant au plus près du cadre et les deux tromblons qui montent légèrement, ni trop longs, ni trop courts. Juste parfaits ! Bon, les similis carbu Amal en plastique pour cacher l’injection… Là, ça fait un peu gadget, c’est un peu « trop » mais l’idée n’est pas si mauvaise, reconnaissent ces puristes du bout des lèvres.

Tout ça est en fait bien trop facile, Angie est en terrain conquis… Me vient alors l’idée de la confronter à un avis sûrement plus acéré, plus critique. Cette année, le constructeur français Midual est présent aux Coupes Moto Légende, avec un stand sobre, simple où deux de leurs créations sont installées tout simplement sur des béquilles. « J’ai décidé de venir exposer mes motos sans fards » m’explique Olivier Midy, le concepteur de ce bijou made in France, « pour tester les réactions de ce public de connaisseurs ». Pour les avoir rencontrés aux début des années 2000, les frères Midy n’ont pas changé. Simples, abordables et tellement déterminés ! On peut ne pas apprécier l’allure de leur moto – moi j’adore – mais on est obligé d’admettre que le travail effectué est juste incroyable et superbe ! Près de quinze ans de travail acharné pour concevoir la partie cycle très original et ce moteur étrange mais qui semble bien né. « Nous avons parcouru plus de 100 000 kilomètres avec la moto que tu as sous les yeux. Et ça marche plutôt fort ! ». Et cette Thruxton, tu en penses quoi ? « Pour tout te dire, je suis réellement surpris par la qualité de la finition, des détails, pour une moto de grande série ! On voit que les ingénieurs se sont donnés beaucoup de mal et entrent, avec cette machine, dans une nouvelle ère, chez Triumph. Et comment ça marche ? »

Je lui parle bien sûr du plaisir que j’ai eu à son guidon sur les petites routes bourguignonnes, même si son moteur manque un peu de caractère à bas régimes… « Eh oui, ils ont choisi un calage à 270°… Forcément, tu perds un peu en caractère en bas mais tu économises sur les masses d’équilibrage. Tout est une question de compromis. Nous, on a choisi une architecture inhabituelle mais je peux te garantir que du caractère, il a en a tous les étages, notre Midual…»

Pas à dire, Angie fait tourner les têtes et tous ceux qui l’essaient ne la tarissent pas d’éloges. D’où son succès commercial, d’après Triumph France, tout est vendu ! Et moi, pauvre de moi, je vais devoir la rendre…

But Angie, Angie, ain't it time we said goodbye…

Forme retro, fabrication moderne pour le phare

Té de fourche supérieur et bouchon de fourche poli. C'est pourtant simple de faire beau !

En bout de guidon, le rétroviseur, esthétique mais aussi efficace

Astuce, ceci n'est que le cache de bouchon de réservoir. Il s'ouvre et laisse découvrir le vrai bouchon avec fermeture à clef

Pour cacher les injecteurs, un faux carburateur - inspiré du fameux Amal - en plastique. Ça fait un peu toc et il ne manque que le bout de cable de gaz pour parfaire le déguisement...

Platine de phare en acier poli, encore une belle piece !

Logo en relief sur le réservoir. Ce n'est que du plastique collé - comme maintenant sur toutes les voitures, meme les plus luxueuses - mais ca le fait, non ?

Une certaine filiation... Moteur du seul Spitfire évoluant encore en France.

Angie aux côtés de la Midual ...

Angie entourée de quelques unes de ses illustres ancêtres!

Allée centrale des Coupes Moto Légende, Angie se taille une belle part de succès !


Crédit texte et photos : Nicolas Sonina, grand organisateur de Iron Bikers et de Classic Machines, et qui nous donne un sacré coup de mains pour organiser Motors and Soul