Le mystère alpin

   /       /       /   

, 5 Commentaires

Une superbe préparation de Volts Mechanix sur la base d’une Yamaha SR 500. Un mystère alpin qui reste entier. Les gars de Volts Mechanix, nous racontent l’histoire.

‘Payée mais pas encore livrée pourrait être le sous-titre de ce mystère épais et fort joli au demeurant. Cette Yamaha va un jour s’éloigner de la perfide Albion pour aller se détendre les rayons sur les routes enchanteresses des Alpes du Liechtenstein. Ça peut paraître émotionnel comme quand on met un cheval de course au pré, et ça l’est réellement. Mais il y a plus étrange que cela.

Après avoir été remise en route en 2011 pour créer une préparation de haute tenue à destination de cette principauté proche de la Suisse, les gars de Volts Mechanix étaient enchantés de recevoir une grande part du budget pour commencer à travailler dessus. La moto est démontée et les travaux commencent. Après 10 mois de dur labeur, la préparation était terminée. Nettoyage du moteur, rénovation du cadre, montage d’un nouveau bras oscillant, de nouveaux amortisseurs, montage de roue de RD récupérées et remises à neuf, montage d’un nouveau faisceau électrique, remplacement de toutes les connections, montage de nouveaux freins avec des durites aviation.

Dès que la moto fût finie, essayée et prête à l’expédition, nous avons reçu des courriers enthousiastes de notre client et le paiement final. Il nous a demandé d’emballer la machine dans une caisse en bois et d’attendre ses instructions pour l’expédition… Nous avons attendu… Attendu et encore attendu… Et puis nous sommes passés à d’autres choses. Après un certain temps, nous ne faisions plus grand cas de cette caisse dans l’atelier. Divers articles ont été déposés sur elle, les uns après les autres. Nous avons commencé à écrire des détails d’autres conceptions sur le bois de la caisse, à y poser des calculs par écrit. 

Un jour, comme notre local se remplissait, quelqu’un a dit : ‘sait-on quand cette caisse va-t-elle partir?’ Nous avons appelé les Alpes, pas de réponse. Nous avons envoyé des emails, pas de réponse. Nous avons écrit à toutes les adresses dont nous disposions, pas de réponse. Nous avons cherché notre client, pas de réponse. Alors, nous nous sommes dit qu’en facturant les frais de stockage, cette moto deviendrait notre propriété en 2036. Nous pourrions alors utiliser certains de ses composants pour la BMW Kawasaki cross à propulsion nucléaire que nous construirons à partir d’un modèle de 2021′. 

Cet article fût publié sur Virage8 pour la première fois le 9 mai 2014