Anne France Dautheville

   /       /       /   

, Pas de Commentaires

Retour au début des années 70 quand le besoin de liberté se faisait sentir à son paroxysme, les années des grands raids en direction de l'Asie Mineure, des voyages et des rassemblements à motos et en autos. Anne-France Dautheville était alors journaliste et écrivain. En 1972, invitée par un de ses amis à venir avec lui sur le Raid Orion, elle s'achète la moto la plus grosse qu'elle pouvait piloter, une Moto Guzzi 750 cm3 en l'occurrence, et part sur les routes d'Europe et d'Asie Mineure en direction d'Isfahan en Iran. Là, passionnée par ce qu'elle vient de vivre, elle décide de continuer sa route jusqu'en Afghanistan. Elle rentrera à Paris après quelques semaines passées sur place, seule sur sa moto.

Son expérience ne va pas s'arrêter là. Enthousiaste à cette forme de découverte du Monde et de ses habitants, elle se lance, l'année suivante, dans la traversée du Canada d'Est en Ouest. Depuis la côte Atlantique jusqu'à la côte Pacifique au guidon d'une Kawasaki 125 cm3. On imagine les longues lignes droites de ce vaste pays au guidon de cette petite moto, aussi les rencontres avec les bikers nord-américains, eux-mêmes au guidon de Harley-Davidson et autres Indian.

L'histoire aimant se répéter, Anne-France décide en découvrant l'océan Pacifique de poursuivre sa route vers l'Ouest en direction de l'Asie. Ainsi, elle parcourt le Japon, rend visite à l'usine Kawasaki où les employés s'étonnent de voir une de leurs motos immatriculée en France revenir par la route, elle traverse le sous-continent Indien, puis poursuit par les routes qu'elle avait empruntées l'année précédente de Kaboul à Paris.

Interrogée si elle n'avait jamais eu peur de voyager seule, elle dit: 'Oui en effet, cependant j'ai vite compris qu'une femme seule à moto est incroyablement protégée. Par exemple, ayant crevé un pneu en Afghanistan, je vois arriver trois gaillards qui descendent d'un camion. Un d'eux me prend par les épaules et me fait m'asseoir, un autre me fait de l'ombre et le troisième me répare mon pneu. Ça a vraisemblablement changé depuis lors, mais j'appartiens à une époque où c'était comme ça'.

De retour de son tour du Monde, elle continua à voyager et à écrire des livres et des articles pendant neuf années jusqu'à la loi sur le contrôle des changes. 'D'un seul coup, je ne pouvais plus voyager, alors j'ai commencer à écrire des nouvelles dans mon jardin'.  

Si vous voulez découvrir l'univers d'Anne-France Dautheville, nous vous recommandons ardemment de lire ses deux livres de voyages, 'Une demoiselle sur une moto', récit de son Raid Orion, 'Et j'ai suivi le vent', récit de son tour du Monde. Attention tout de même, leur lecture risque de vous donner envie de partir !

Cet article fut publié pour la première fois sur Virage8 le 8 mars 2016