Essai Dyna Low Rider S

   /       /   

, 2 Commentaires

Pour qui aime les motos de caractère, essayer la dernière née de la famille Dyna, c’est comme prendre un shoot d’adrénaline. Fille de la Sturgis du début des 90’s et de la Dyna Low Rider de 2014, la Dyna Low Rider S fait penser dès le premier regard à une riche idée de la firme de Milwaukee pour réincarner un de ses mythes. Cette machine est belle. Tourner la poignée d’accélérateur finit par vous convaincre que cette machine est énorme !

Nous étions parmi les premiers à craquer devant les photos dès l’annonce de ce nouveau modèle en janvier dernier. Nous avions hâte de pouvoir l’essayer pour en parler ici. Le 3ème Ride en Limousin que nous organisions en coopération avec la concession Harley-Davidson Limoges nous donna l’occasion de poser les fesses sur cette machine et de tourner la poignée. Tourner la poignée ? Vous avez dit ‘tourner la poignée’ ? Oui, et pas qu’un peu !

Le moteur 110 ci, ou 1800 cm3  pour parler en métrique, envoie du lourd et du bon. Quel que soit le régime moteur, quel que soit le rapport de boîte engagé, vous tournez la poignée et le V-Twin vous envoie avec caractère dans une accélération qui vous fait venir le sourire aux lèvres. Couple, puissance, good vibrations, caractère, tout y est. Sauf peut-être le son Harley du temps jadis. Vous savez celui que nous essayons toutes et tous de retrouver avec nos stage 1 qui font mieux respirer les V-Twin. Eh bien, avec cette machine, nul besoin de stage 1 tant le moteur envoie, dans un silence ‘homologué’. On aime ou on n'aime pas le silence 'homologué' mais ça permet de rouler en ville sans souci. Et puis, ça laisse imaginer ce que ce moteur peut donner avec un stage 1.

C’est bien gentil tout ça mais une moto ce n’est pas qu’un moteur ? Eh bien… enfin… comment dire... presque… non ? Rassurez-vous, la Dyna Low Rider S offre aussi une belle tenue de route, aidée en cela par le cadre Dyna, des suspensions à la hauteur et une garde au sol suffisante pour angler menu. Au chapitre des petits regrets, bien qu’efficaces avec double disque avant, disque arrière et ABS, les freins gagneraient à l’être plus encore tant le moteur vous propulse rapidement dans les virages. Pas de quoi vous mettre en danger cependant, rassurez-vous.

Pour le reste, la plastique de la machine, inspirée de la Sturgis, vous fait sortir du lot. C’est noir et or ; et c’est beau !  Et tant qu’à parler plastique, on a regretté celui installé derrière le petit tête de fourche, il serait tellement mieux d’y voir les blocs compteurs. Ça éviterait de devoir baisser la tête vers le réservoir pour lire les indications. A la vitesse à laquelle l’engin déménage, les quelques dizièmes de seconde d’inattention peuvent sembler une éternité.

A l'heure de rendre les clés de la belle, force est de constater qu'Harley-Davidson a parfaitement réussi son coup avec cette Dyna Low Rider S. Belle, pleine de caractère, performante, c'est du bonheur à l'état pur. Elle sera vôtre pour 19.290 €. Un prix certes rondelet mais malgré tout raisonnable pour une moto d’exception.

Un grand merci à la concession Harley-Davidson Limoges pour le prêt de cette Dyna Low Rider S.

Crédit photos Paul Griveaux