Exclusive Drive 2016

   /       /       /   

, 2 Commentaires

Nous avions adoré cet événement lors de notre toute première visite l'année passée, nous avions hâte d'y retourner pour revivre de bons moments et voir comment cet événement avait évolué.

Exclusive Drive ? Deux jours de roulage avec votre voiture sur le circuit Bugatti du Mans, avec derrières les boxes, des stands d’exposants. Cela fait 20 ans que nous participons à des journées de roulage sur circuit, entre 2 courses, pour l’entrainement indispensable et pour s’amuser entre copains.

Cet événement est positionné dans la classe au-dessus. D’accord, c’est plus cher qu’ailleurs (120 € les 20 mn quand même!). Mais l’environnement le justifie. Partout des hôtesses en uniformes, élégantes, pour vous accueillir et vous renseigner, avec le sourire. Un buffet petit déjeuner digne de ce nom, et des rafraichissements tout au long de la journée.

Puis on passe aux choses sérieuses : les séances de roulage et animations non stop sur la piste. Même le soir, pour se plonger dans l’atmosphère de nuit des '24 Heures', ça c'est du jamais vu !

Une 'vieille' connaissance des plateaux VHC en Jaguar D : Harry Bryzmann

On vous la prête pour un tour dans la campagne autour du circuit. En 4 portes ou en cabriolet. Mais on ne casse pas: les prix commencent à 200.000 €

Là aussi, on vous la prête pour un tour : 140 km/h dans le Hunaudières, ça décoiffe. Un joli jouet à 3 roues mû par un moteur 1.300 cm3 Kawasaki

Une auto rarissime, la Mazzanti Evantra, produite à 5 exemplaires par an, propulsée par un moteur V8 de 7.000 cm3 de 700 ch.

La Pescarolo : disponible toute l’année sur le circuit, pour une demie ou une journée pleine (de sensations !) en Ecole de pilotage. 400 kg et 200, 250, 300 ch en fonction de votre progression. Ici, ce sont 2 tours en baptême de piste avec un moteur de 360 ch aux mains d'un pilote professionnel.

La Ginetta, so typically british !

Le stand Harley Davidson : Ah mais, quand même, des motards, dans ce monde de brutes à 4 roues !

Crédit texte et photos: Etienne Prothery