Norton Manx

   /       /       /   

, 4 Commentaires

Autrefois appelée 'International Racing Model', la Norton fut surnommée 'Manx' à partir de 1936 suite aux nombreux succès remportés au Tourist Trophy se déroulant sur l’île. Testée au TT 1936, la culasse à double arbre à cames en tête équipa les moteurs d'usine en 1937. Les dernières Norton Manx ont été vendues en 1963. Beaucoup d'entre elles perdurent encore aujourd'hui, cette moto ayant été une des toutes premières motos à avoir acquis le statut d'icône par son palmarès en course et sa longévité.



 

4 Responses

  1. berson alain

    7 février 2016 2016-02-07T16:21:48+00:000000004829201602

    En effet et j'ajouterais même pour revenir aux motos, la Yamaha TZ des 50/60 tellement cette moto a été l'ossature principale des coureurs privés pendant de longues années ! déclinée en deux cylindrées 350 et 500 cm3 elle a bien souvent constitué la grosse majorité des plateaux pendant pratiquement deux décennies. Il ne faut pas croire qu'elle est restée statique techniquement pendant toutes ces années, son moteur à connu (au moins) trois variables : longue course, carré, super carré et sa partie cycle "Featherbed" a longtemps été considérée comme le nec plus ultra et très largement copiée même largement après qu'elle ne soit plus qu'un souvenir en compétition. Une vraie légende dont les versions authentiques avec palmarès sont très recherchées par les collectionneurs, mais aujourdhui, tout comme pour les Type E lightweight du post précédent, il y a beaucoup plus de réplicas que d'authentiques, mais si cela doit permettre de les voir encore rouler, après tout....

    Répondre
  2. HUMBERT

    8 février 2016 2016-02-08T10:22:33+00:000000003329201602

    La MANX est une légende. Pour autant ne perdons pas de vue que le début des années 60 marque le chant du cygne de l'industrie moto anglaise qui pousse dans ses derniers retranchements des moteurs dont la conception remonte souvent à 20 / 30 ans ! Face à cela une industrie japonaise de la moto ayant tout juste une quinzaine d'années qui débarque sur le vieux continent avec une technologie qui laisse encore rêveuraujourd'hui. Je vous laisse imaginer l'effet provoqué à cette époque par une RC 166 ( une 250 cm3 4 temps avec 6 cylindres) ou une RD05A (4 cylindres pour une 250 cm3 2 temps)
    mais également une RC 148 ( 5 cylindres pour une 125 cm3 4 temps)
    ou autre RJ66 ( 3 cylindres pour un 50 cm3 2 temps) et la liste est longue. Sans parler des régimes moteurs délirants et des sonorités légendaires !
    Yamaha, Honda, Suzuki et Kawasaki allaient marquer les Grands Prix des années 60 mais également les décennies suivantes.

    Répondre
  3. berson alain

    8 février 2016 2016-02-08T18:47:15+00:000000001529201602

    tout à fait d'accord, mais les motos citées ci-dessus étaient des motos d'usines longtemps réservées au seuls pilotes officiels, tout comme les MV Agusta. les motos destinées aux pilotes privés sont plutôt arrivées vers la fin des années 60 et encore souvent en 125 et 250 cm3. La première moto japonaise de 500 cm3 compétitive et accessible aux privés a été la Kawasaki H1R en 1970. Cette moto à signé l'arrêt de mort des monos anglais "privés" Norton Manx et Matchless G50 dans la catégorie. à ce jour aucune autre moto de course ne peut se vanter d'avoir eu une carrière aussi longue et d'avoir été championne du monde à la fois en 500, 350 et .... side-car

    Répondre

Laissez un Commentaire

(*) Champ obligatoire, votre email n'apparaitra pas.