Praëm SP3

   /       /       /   

, Pas de Commentaires

Praëm est une marque créée en 2014 par deux frères, Sylvain et Florent Berneron. Issue d’une longue réflexion en amont, elle a pour but de réaliser des machines sur mesure, faites main dans les règles de l’art. Ils ont choisi de voyager dans l’histoire motocycliste pour sélectionner des châssis ou des moteurs mythiques, de par leur noblesse technique ou leur pédigrée en course. Ces machines seront ensuite décryptées, re-dessinées et perfectionnées pour aboutir à des réalisations uniques, élaborées dans un but technique ou esthétique selon le résultat souhaité.

Ce projet se nomme Praëm SP3, la machine de base est une Honda VTR 1000 RC51 SP2, elle remporta le championnat du monde SBK en 2000 et finit 2ème en 2001, les deux fois avec Collin Edwards à ses commandes. Ce choix est légitime, la moto est très bien née, dans la lignée des mythiques machines HRC telle que la RC30, la RC45 et plus récemment la RC213V.

On sent toute la noblesse HRC (Honda Racing Corporation) dans cette RC51, le moteur est principalement constitué de magnésium et d’aluminium; la distribution s’effectue grâce à une cascade de pignons plutôt qu’une chaîne ou une courroie classique.

Malgré sa qualité de conception, la machine de série avait quelques faiblesses comparé au modèle d’usine, les freins et les suspensions n’étaient pas aussi performants que le reste du chassis, et surtout le cylindre arrière était enclavé dans le réservoir, créant des problèmes de surchauffe et donc de fiabilité. Pour résoudre les faiblesses de la partie cycle, les trains roulants de la Praëm SP3 ont été assemblés avec les meilleurs composants disponibles sur la marché, des jantes en carbone, un freinage radial avec des pistes carbone-céramique, et pour finir, le meilleur train de suspension disponible chez Ölhins, dans une livrée 'full black' unique au monde.

La SP3 se place dans un segment GT, le but n’étant pas de faire une pure machine de circuit ou une routière confortable, mais une machine qui vit entre ces deux mondes dans un juste équilibre.

Sémantiquement parlant, chaque surface est traitée en fonction de son type de fonctionnement, tous les éléments mécaniques et structurels sont noirs, les surfaces ergonomiques et aérodynamiques font place aux matières brutes dans les tons clairs telles que l’inox, l’aluminium ou l’alcantara, et les pièces de couleurs sont quant à elles ornementales. L’échancrure sous le réservoir de la SP3 permet l’extraction de l’air chaud à l’arrière du moteur, afin de palier au problème de surchauffe de son aînée la SP2.

Les carénages filaires de 2mm d’inox sont inspirés de l’artiste Coréen Seung Mo Park basé à Brooklyn, excepté que ces pièces combinent une fonction sur le projet Praëm. En variant la densité des fils, la surface devient alors plus ou moins poreuse à la pénétration de l’air, permettant ainsi de laisser passer l’air frais dans le Ram air devant, et d’extraire l’air chaud des radiateurs latéraux.

Enfin il existe une passerelle historique entre le monde de l’horlogerie et celui du nautisme, de l’aviation ou l’automobile, cependant elle est quasi inexistante avec celui de la moto. C’est pourquoi la prestigieuse marque de chronographes Tag Heuer s’est donc jointe à Praëm pour nous permettre d’intégrer une Monaco calibre 11 sur le réservoir. Praëm a volontairement choisi de fixer la montre complète (avec son bracelet) pour que le pilote puisse la porter lorsqu’il n’est pas sur la machine.

Cette Praëm SP3 sera mise en vente par Bonhams, au Grand Palais (Paris) le 4 Février 2016 https://www.bonhams.com/auctions/23262/lot/245/
Plus d'informations sur le site de Praëm