Bizzarrini 5300GT

   /       /       /   

, 4 Commentaires

Grâce à ses compétences techniques et de pilotage, Giotto Bizzarrini fut embauché par Enzo Ferrari en 1957. Il devait affiner des modèles existants et finalement il lui fut été donné la responsabilité de développer une nouvelle ligne de voitures GT. Cependant, alors en plein développement de la 250 GTO, Bizzarrini, avec un certain nombre d'autres personnes clés quitta l'entreprise dans la 'révolution de palais' infâme de 1961. Ensemble, les transfuges formèrent ATS pour rivaliser avec Ferrari dans les deux domaines des voitures de sport et des monoplaces de course. Néanmoins, en raison de divergences d'opinions, Bizzarrini quitta rapidement la nouvelle entreprise. Il travailla ensuite en tant que consultant pour le comte Volpi pour qui il a créé le 'Breadvan' Ferrari et pour Lamborghini Ferruccio pour qui il a conçu le moteur V12 qui allait propulser voitures de sport Lamborghini pour les décennies à venir.

En 1962, il fait équipe avec Renzo Rivolta, qui orientait son entreprise Iso dans le domaine des voitures de sport. La première mission de Bizzarrini était d'aider à développer un châssis pour le coupé 2+2 Iso Rivolta. Il a ensuite été chargé de transformer l'Iso Grifo deux places en auto de course. Quasiment indépendement d'ISO, il a conçu la A3 / C exceptionnellement basse qui était une Iso Grifo de nom seulement. Les deux voitures partagent une plate-forme Rivolta raccourcie avec suspension à double triangulation à l'avant et essieu de DeDion à l'arrière. En comparant les produits finis, il était difficile d'imaginer que les deux voitures partageaient les mêmes plateformes.

À l'été 1965 la relation entre les deux titans se détériora rapidement. Alors que Rivolta voulait mettre en production la Grifo, Bizzarrini que la voiture avait encore besoin de développement. En conflit, les deux hommes décidèrent de se séparer. Bizzarrini était maintenant totalement indépendant et alors qu''ISO continuait à livrer des pièces, il n'était pas autorisé à utiliser le nom Grifo. Dès lors, les voitures furent commercialisées sous le nom Bizzarrini 5300 GT. Les voitures de course recevaient le surnom de 'Corsa' et les voitures de route 'Strada'. Quelques temps plus tard, la Strada fut rejointe par le modèle 'America' qui arborait une carrosserie en fibre de verre et une suspension arrière à double triangulation.

La production de la 5300 GT a duré jusqu'en 1968 et un total de 115 exemplaires furent été produits. Au cours de ces années, Bizzarrini 5300 GT produit trois voitures avec une carrosserie Targa et une petite série à moteur '1900 GT Europa'. Dès 1966, les efforts de Bizzarini portèrent sur la course avec le moteur central P538. Il ne pu y avoir de remplacement pour la 5300 GT et en 1972 Bizzarrini fut contraint de fermer son usine.

Thanks to his test-driving and engineering skills, Giotto Bizzarrini was hired by Enzo Ferrari in 1957. Here he first fine-tuned existing models and eventually was given the responsibility to develop a new line of GT racers. However, while in the midst of developing the 250GTO, Bizzarrini, together wîth a number of other key people left the company in the infamous 'palace revolution' of 1961. Together, the defectors formed ATS to rival Ferrari in both sportscar and single seater racing, but due to conflicting opinions, Bizzarrini quickly left the new concern. He then worked as a consultant for Count Volpi for whom he created the 'Breadvan' Ferrari and for Feruccio Lamborghini for whom he designed the V12 engine that would power Lamborghini sports cars for decades to come.

In 1962, he teamed up wîth Renzo Rivolta, who was turning his Iso company into a manufacturer of sports cars. Bizzarrini's first job was to help develop a sophisticated platform chassis for the 'Iso Rivolta' 2+2 coupe. He was then commissioned to turn the Iso Grifo two-seater into a race winning machine. Pretty much independent from Iso, he conceived the exceptionally low A3/C that was an Iso Grifo in name only. Both cars shared a shortened Rivolta platform chassis and also the double wishbone front suspension and the DeDion axle. Comparing the finished products, it was hard to imagine both cars shared the same underpinnings.

In the summer of 1965 the relationship between the two titans quickly deteriorated. While Rivolta wanted the Grifo put into series production, Bizzarini thought the car required further development. The two ideas conflicted and eventually all ties were severed. Bizzarrini was now fully independent and while Iso continued to deliver parts, he was not allowed to use the Grifo name. From then on the cars were marketed as the Bizzarrini 5300 GT. The racing cars received the 'Corsa' moniker and the road cars were badged 'Strada'. Not much later, the Strada was joined by the 'America' model, which sported a fiberglass body and a double wishbone rear suspension.

Production of the 5300 GT lasted until well into 1968 and a combined total of 115 examples were produced. In those years Bizzarrini produced three 5300 GTs wîth a Targa body and a small run of the smaller engined '1900 GT Europa'. The company's racing efforts were focused on the mid-engined P538 from 1966 onwards. There was no replacement for the 5300 GT and in 1972 Bizzarrini was forced to close his factory. 

Source



 

4 Responses

  1. berson alain

    16 janvier 2016 2016-01-16T10:52:10+00:000000001031201601

    une automobile fantastique dans laquelle j'ai eu la chance de rouler. C'était une voiture parfaitement équilibrée grâce à un moteur en position centrale avant. Tellement centrale qu'il fallait passer par une petite trappe située sur le dessus de la planche de bord pour pouvoir accéder aux deux bougies des cylindres arrière du V8 Chevrolet (vécu!). Par ailleurs la voiture était "brut de décoffrage" donc très rustique ce qui certainement nuit à son succès; D'autre part l'origine plébéienne de son V8 culbuté était traité avec pas mal de mépris par les amateurs de belles mécaniques de l'époque. Dommage car si ces mêmes amateurs avait plus souvent franchi le pas d'en essayer une ils auraient trouvé une automobile au comportement nettement supérieur à celles équipée de V12 et 6 en lignes plus aristocratiques de conception et de finition de cette époque. Pour ce qui est de la petite version Europa avec le moteur Opel 1900 et carrosserie en polyester, jusque dans les années 70 une de ces voitures en compagnie d'une ATS GT a longtemps trainé sur le toit du garage Thépenier alors importateur Maserati sur les quais de Saint Cloud, à cette époque je passais devant tous les jours !

    Répondre
  2. Pontois

    15 octobre 2016 2016-10-15T21:50:51+00:000000005131201610

    Comme je l'avais souligné il y a quelques mois dans virage 8 , j'ai eu le bonheur de travailler sur cette voiture une 5300 g t América qui appartenait a mon patron , c'était une magnifique voiture elle était noire avec les ouies couleur or , ce n'était pas pratique je me souvient pour régler les soupapes ( moteur tournant ) mais cela était de la belle mécanique de la vrai , pas un truc bourrer d'électronique comme il y a aujourd'hui , eh oui l'époque a changer et j'ai un peu la nostalgie de ce temps la .

    Répondre

Laissez un Commentaire

(*) Champ obligatoire, votre email n'apparaitra pas.