Balade Corse - 4ème jour

   /       /       /   

, 1 Commentaire

Cette quatrième étape de notre Balade Corse est placée sous le signe d'un peu de repos et par une route délicieuse encore, les motos allégées de nos bagages. En effet, nous avons élu domicile pour deux nuits dans un hôtel en bord de mer permettant ainsi de laisser les bagages dans les chambres et de profiter au mieux de la Grande Bleue dans la baie de Porto Vecchio.

Après un départ plus tardif que les jours précédents, l'itinéraire de cette étape nous offre de longer la mer jusqu'à Solenzara puis de gravir virage après virage la pente du col de Bavella et ses célébrissimes aiguilles. Théo, le fils de Stéphane, notre guide, nous a rejoint avec sa Yamaha TW125 en cours de prépa en Brat, tandis que Stéphane a remisé la Kawasaki Zéphyr 750 et sorti sa Honda Dominator 650 également préparée en Brat.

Les premiers kilomètres sont avalés à un bon rythme jusqu'à l'apparition des aiguilles. Arrêt photos et débriefing, nous prenons tous un grand plaisir. Reprise du trajet et déjà les premières épingles approchent. La nature touristique du lieu amène son lot d'autocars et de camping-cars en tous genres, ce qui, il faut bien le dire, nous enlève un peu de notre plaisir.

Arrêt et photo souvenir au sommet du col. Comme le dit très justement Edwin: ce que nous avons fait, aucune bête ne l'aurait fait. Ce n'est pas loin de la vérité tant la montée a été compliquée notamment à deux reprises, à chaque fois sur une épingle à droite qui se resserrait sans crier gare, et une autre fois où le croisement d'un autocar aurait pu nous mettre à terre. Vous savez, le genre de situation où il importe de continuer à rouler pour garder l'équilibre, le sol étant particulièrement éloigné sur le côté droit de la chaussée à cause de la pente.


La descente vers Zonza nous a donné d'apprécier cette route cool et sinueuse, et nous a quelque peu transportés dans les lacets du Pays Basque que nous pratiquâmes en juin lors du Ride des Wheels and Waves. Une pause café à Zonza, et la décision de retourner à Porto Vecchio par une route différente de celle de la veille. Un autre col, le second de la journée, avec une route au revêtement parfait et des lacets très lisibles. Théo et Stéphane envoyaient bien, moi derrière eux et Edwin, en plein progrès sur ces routes sinueuses à souhait, fermait prudemment la marche.

L'arrivée à Porto Vecchio vers 18 heures fût bienvenue pour tout le monde. Nous venions de passer de nouveau une belle journée de roulage.

Crédit Photos: Corinne et Florence

Cet article fut publié sur Virage8 pour le première fois le 18 mai 2015