Récit de voyage – Côte Pacifique au nord de San Francisco

   /       /       /   

, 3 Commentaires

Le troisième jour d’un voyage est toujours difficile. La fatigue accumulée lors des deux premiers jours se fait sentir. Après tout, nous avons parcouru plus de 800 km de routes sinueuses sur des machines de 400 kg et tout de même confortables. Alors, nous décidons de trainailler un peu dans les montagnes entre Santa Cruz et la Silicon Valley. Les routes y sont fantastiques, SR 9 et SR 35, leur nom évocateur… California Skyline Boulevard.

Alors bien sûr, en trainant trop longtemps, nous avons fini par arriver dans San Francisco dans l’après-midi de ce vendredi. Et ce faisant, dans les embouteillages des départs de fin de semaine. La traversée du Pont du Golden Gate était … chargée, les routes qui nous conduisaient vers Napa aussi. Nous nous serions crus dans les embouteillages d’un vendredi soir vers la Normandie. Pas sympa sympa, mais le lot de toutes les villes encombrées. Si c’était à refaire… 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La soirée à Napa nous permit cependant d’oublier ce fâcheux contretemps et de nous concentrer sur les productions locales. La dégustation de vins locaux à l’accueil de l’hôtel et le dîner dans un bistrot non loin de là nous firent découvrir une Amérique bien proche de notre culture. Plaisir intense…

Le quatrième et dernier jour de notre escapade nous permit de traverser la Vallée de Napa le long de ses petites routes puis de rejoindre la Côte Pacifique en traversant des forêts de séquoias géants. Pléonasme (?). La route côtière sous un beau soleil et une douce chaleur finira de nous faire aimer cette très belle région des USA. Et de comprendre pourquoi il y a tant de motos européennes sur ses routes. Pour celles et ceux qui n’imaginent que des routes rectilignes insipides aux Etats-Unis, allez en Californie et vous apprécierez à leur juste valeur ce réseau routier que les ingénieurs des Ponts et Chaussées locaux ont voulu comme un paradis pour les motards. Dis, quand y retournons-nous?